Disparité de salaire entre les hommes et les femmes: mythe ou réalité?

Disparité de salaire entre les hommes et les femmes: mythe ou réalité?

21 janvier 2018 0 Par Eric Goens

Cette disparité entre les salaires est-elle toujours existante en Belgique ? Cette question de salaire crée beaucoup de débats.  Peu de personne ne sait dire les changements qu’il y a eu durant ces dernières années. Les chiffres parleront d’eux même.

Généralement, la moyenne du salaire mensuel brut, pour l’année 2015, s’élève à 3.445 euros. Mais sur l’ensemble de l’économie belge, une femme gagne en moyenne 8% de moins qu’un homme par heure de travail. Vous pourrez voir de nombreuses preuves de la situation grâce aux chiffres recueillis mis en infographie dans cet article.

Ainsi, on remarque une distinction entre homme et femme qui permet de mettre en avant un écart salarial encore bien présent dans notre pays. En effet, même si le niveau de salaire a augmenté depuis 1999. On peut apercevoir qu’un écart entre le salaire de la femme et celui de l’homme est toujours bien existant.

Par contre, l’écart salarial s’est considérablement réduit depuis ces dernières années, nous pouvons constater qu’il y a, de nos jours, 200 euros de différence salariale entre les deux sexes alors qu’à l’époque, il y avait 500 euros de différence. Malgré cette augmentation, les salaires ne sont toujours pas égalitaires. Il y a encore du boulot…

Quand on regarde l’infographie ci-dessus réalisée sur les chiffres des salaires belges par âge et par sexe. Vous pouvez remarquer plus difficilement la différence, mais elle est toujours réelle. En effet, le salaire des femmes par rapport à celui des hommes dès l’âge de 20 ans est un peu plus bas. Il y a plus ou moins 100 euros de différence pour un salaire brut entre les sexes, vous vous dites que ce n’est pas grand-chose, mais nous pouvons parler d’inégalité de salaire dans ce cas.

L’inégalité salariale est le résultat de différents facteurs. Il existe d’importantes différences entre le travail à temps partiel des femmes et des hommes, le travail à temps plein, les retraités, les chômeurs et les inactifs. Du point de vue de l’égalité de genre, ce sont des éléments importants à prendre en compte. Les travailleurs à temps partiel ont, pour la plupart, des emplois moins bien rémunérés que les travailleurs à temps plein : il s’agit souvent de fonctions moins bien rétribuées dans des secteurs avec des salaires moins élevésL’indicateur officiel du travail à temps partiel est la comparaison des salaires horaires bruts des travailleuses et des travailleurs à temps plein et à temps partiel.

Le constat est très clair, le pourcentage de femmes qui travaillent en temps partiel est plus important que celle des hommes. Cela porte aussi sur l’impact de l’inégalité salariale vu que le pourcentage des hommes est élevé au travail à temps plein qui est considéré comme étant des fonctions mieux rétribuées dans des secteurs avec des salaires plus élevés.

Évidemment, les analyses de salaires datent de quelques années, depuis lors l’écart de salaire entre les sexes s’est sûrement réduit davantage. Espérons un jour pouvoir dire objectivement que les salaires sont égaux pour tous.